A Hambol, la crise sanitaire a remis en cause nos modes de vie en communauté

A Hambol, la crise sanitaire a remis en cause nos modes de vie en communauté

Les entretiens de WATHI – Les régions de la Côte d’Ivoire

Yao Kouassi Martin Anicet

Yao Kouassi Martin Anicet est basé dans la région du Hambol. Il travaille dans le domaine de la maintenance énergétique.

Quelle est la situation sanitaire de la Covid-19 dans votre région ?

La Covid-19 a impacté notre activité économique, ce qui nous permet de vivre, ce qui nous procure des revenus chaque fin de mois. Nous avions des problèmes pour satisfaire nos fournisseurs dans la livraison des services.

En dehors de l’impact socioéconomique, comment la ville a vécu cette crise sur le plan social ?

C’est une épidémie. Le virus peut toucher tout le monde, chacun a pris ces précautions. A l’intérieur du pays, nous vivons beaucoup en communauté. Quand cette pandémie est arrivée, le lien entre les communautés s’est quelque coupé parce que nous ne pouvions pas aller rendre visite à nos proches de peur d’attraper cette maladie.

Le gouvernement a pris des mesures pour freiner la circulation de la pandémie, comment jugez-vous l’efficacité de ces dispositions ?

Je ne peux pas vous dire exactement ce qui se passait dans nos différents ménages.  J’étais dans une entreprise où on devait expliquer l’importance de l’adoption des gestes barrières pour que les gens puissent les suivre. Nous sommes en Afrique. Ce que nos gouvernants recommandent, nous ne le suivons pas.  Au moment où on le fait, c’est déjà tard. Vous allez entendre qu’il y a deux ou trois morts avant que les gens ne prennent la mesure des choses.


Crédit photo : news.abidjan.net

Add Comment