A Dimbokro, la situation sanitaire a paralysé nos activités économiques et nos rassemblements

A Dimbokro, la situation sanitaire a paralysé nos activités économiques et nos rassemblements

Les entretiens de WATHI – Les régions de la Côte d’Ivoire

Kouassi, Anges Guy Richard

Kouassi, Anges Guy Richard est le président au niveau départemental de la jeunesse rurale de Dimbokro

Quelle est la situation sanitaire dans la région de Dimbokro ?

Des cas , il n’y en a pas eu et cela a été confirmé  par des membres du corps médical. Je me suis renseigné auprès d’eux, il n’y a pas eu de cas.

Comment la crise sanitaire a été gérée dans la région ?

La crise sanitaire de la Covid-19 a paralysé nos activités. Il est vrai que nous sommes en milieu rural mais la situation sanitaire a paralysé nos rassemblements et nos activités économiques. Nos associations au niveau de localité ne pouvaient plus  se réunir.

Nous devions rester à la maison et économiquement, cette situation nous a davantage affaiblis. On ne pouvait plus aller au marché pour vendre nos produits. Économiquement, cela nous a affecté et socialement, nos habitudes ont été bouleversées par la pandémie et la nécessité de respecter une distance physique.

Les réunions que nous tenions au niveau de notre fédération ont été suspendues. Il en est de même pour les séminaires et autres rassemblements.

Le gouvernement avait pris des mesures pour freiner la propagation de la maladie, . Est-ce que ces mesures ont été respectées dans votre région ?

Oui, On nous exigeait le lavage des mains à défaut l’utilisation du gel hydro-alcoolique et le port du masque. Les populations ont essayé de respecter ces gestes de protection.

Donc, cela a été un frein à la propagation. Je pense que la distanciation physique a  été respectée difficilement. Sinon les mesures prises dans leur entièreté ont été salutaires parce qu’on ne savait pas qui était porteur du virus surtout pour nos frères qui venaient de la ville, on se méfiait beaucoup d’eux.

Est-ce qu’il y a des leçons qu’on peut tirer de cette crise ? Est-ce que vous avez des recommandations à faire ?

Les leçons qu’on peut tirer de cette crise c’est de ne pas baisser les bras, puisqu’il y a d’autres crises encore qui peuvent subvenir. Donc, ces mesures doivent rester dans notre attitude et dans nos comportements de tous les jours puisqu’il n’y a pas encore de vaccins ni de médicament pour vaincre la maladie.

Je pense que pour le moment, il faut qu’on respecte les mesures prises par le gouvernement pour éviter la propagation de cette pandémie. Pour les  recommandations, j’aimerais dire qu’il faut que dans nos autorités pensent à venir nous sensibiliser encore sur cette pandémie et faire le suivi de la distribution des kits surtout en milieu rural.  Nous avons été oubliés parce que c’est en ville que les gens ont effectué la distribution des kits. Dans certains campements, les gens n’ont pas reçu de matériels.


Crédit photo : aip.ci

Add Comment